Péloponnèse #2

Les Atrides, vous connaissez ?… Evidemment, si vous allez faire un tour à Mycènes, vous ne pourrez que faire leur connaissance car c’est d’Atrée, le roi de Mycènes que la lignée tire son nom et ils sont des stars du show-biz de l’époque, j’ai nommé L’Illiade et l’Odyssée qui relatent nombre de leurs actions. Côté ascendants, on ne fait pas dans la dentelle car le grand-père d’Atrée était Tantale, dont on connaît aujourd’hui le supplice.

Mycènes

 Défiant les dieux, Tantale les invite à manger et leur sert, pour tester leur perspicacité (pour chercher les ennuis je dirais et au mépris de tout amour paternel,) le corps de son fils Pélops. Les Dieux, n’étant pas nés de la dernière pluie, s’en rendent compte : Zeus ressuscite Pélops et, faisant montre d’une totale absence d’humour, se venge en précipitant Tantale aux Enfers où, plongé dans un lac, il est condamné à une soif et une faim éternelles car l’eau et les fruits s’éloignent de lui dès qu’il veut les atteindre (pratique pour le régime). Côté descendants, les rejetons d’Atrée se font aussi largement remarquer et pas qu’en bien ! La belle Hélène, la femme de son fils Ménélas, se fait enlever par le troyen Pâris et c’est Agamemnon, son autre fils, qui part la rechercher créant la superproduction connue de tous « La Guerre de Troie ». Il en revient vainqueur avec Cassandre comme butin de guerre et après avoir sacrifié sa propre fille Iphigénie pour obtenir des vents favorables au retour. Cela contrarie beaucoup sa femme Clytemnestre qui en a profité, la coquine, pour prendre un amant. À eux deux, ils assassinent le mari gênant et père pas trop aimant. Plus tard, ses autres enfants, Oreste et Electre, vengeront sa mort en tuant à leur tour leur mère et son amant… Bref, une histoire de famille un peu mouvementée que l’on se remémore en allant sur le site de Mycènes (et celui de Tyrinthe  mais que nous n’avons pas visité), siège de la civilisation qui  domina la Méditerranée orientale du XVe au XIIe siècle avant J.-C.  Le site est ancien, c’est le moins que l’on puisse dire mais, malheureusement, le temps a fait son ouvrage et il faut quand même avoir beaucoup d’imagination (pardon aux puristes)  pour arriver à se représenter la vie dans le palais et la forteresse. C’est sur ce site qu’a été trouvé l’un des trésors du Musée Archéologique d’Athènes, le « masque d’Agamemnon« , un masque funéraire en or. Heureusement, les tombes à tholos, de grands édifices en forme de dôme, sont bien conservées et très impressionnantes, notamment celle, située en contrebas du site, « Le trésor d’Atrée » :

Trésor d’Atrée

Après Mycènes, c’est Nafplio (Nauplie) qui se trouve sur la carte de l’itinéraire touristique classique. Petite ville de bord de mer, Nafpli cumule plusieurs avantages qui en ont fait une destination de choix dans la région : 3 forteresses qui la surveillent, une plage petite mais jolie, des rues piétonnes et des petits restaurants, une promenade de bord de mer le long du port ou de la côte. Eu égard à la saison de notre visite, la plage ne nous a servi que de lieu de pique-nique mais nous avons longuement flâné dans les rues, avons tenté (sans succès) d’amadouer les nombreux chats du coin, avons testé le café au bord du port et le repas dans la vieille ville, tout ça pour nous remettre de nos montées sportives à deux des forteresses de la ville.

Forteresse Palimidi

L’autre forteresse, celle d’Acronauplie, peut se visiter à n’importe quelle heure. Moins grande, elle offre cependant une vue imprenable sur la forteresse de Palamidi. 

Forteresse d’Acronauplie

 Il y a encore tant d’autres choses à découvrir dans le Péloponnèse… Stay tuned !

Laisser un commentaire

Fermer le menu