Violet et âne

2014_05_29_Pantone193438_MIDes ânes, il y en a partout dans Petra pour soulager le touriste affolé par la chaleur et les inévitables marches qui mènent aux points les plus hauts du site et aux bâtiments un peu moins accessibles que ceux de la « Main Road ». Ces ânes montent inlassablement les marches menant au monastère ou au point de vue magnifique d’AL Khubtah, accompagnés de leur ânier. De temps en temps, à l’ombre d’une paroi, on leur octroie une pause alors que leurs compagnons continuent leur tâche.  Si la montée est en général assez calme lorsque les ânes portent un touriste, le retour à vide en direction du prochain client se fait à pleine vitesse pour ne pas perdre un instant. Nous n’avons pas fait exception à la tradition et avons utilisé un âne pour reposer un peu notre KingBoy, 5 ans au compteur, champion de la grimpette jordanienne et roi du monde sur le dos de sa monture. Cependant, force est de constater que sur le site de Petra, la moyenne d’âge est relativement élevée et que les enfants ne sont pas les plus nombreux. Beaucoup de ces adultes, fatigués, peu alertes, boîteux, âgés ou simplement fainéants, font appel aux ânes… Sauf que la petite vingtaine de kg de mon petit garçon n’est en rien comparable à la masse de certains utilisateurs adultes et que les braiements que nous entendions parfois s’élever dans les vallées profondes semblaient indiquer que l’âne n’appréciait pas vraiment son cavalier. Certains, au mépris du respect du bien-être animal pourtant inscrit dans les règles de fonctionnement du site, avaient visiblement occulté la réalité des chiffres de leur balance pour l’imposer à un animal qui en prenait, lui, douloureusement conscience. Etre touriste, ce n’est pas qu’être un porte-monnaie à pattes (ou sans  en l’occurence), c’est aussi parfois réfléchir aux conséquences de ses actes, si mineurs soient-ils, non ?

Laisser un commentaire

Fermer le menu